background
logotype

Chamanisme

L’engouement pour le chamanisme s’est développé ces dernières années et de plus en plus de personnes éprouvent le besoin d’un retour à la nature, de développer une spiritualité empreinte de simplicité et de tranquillité.

tambourQu’est-ce que le chamanisme ?

  • une religion toujours pratiquée par certains peuples : Amérindiens, Sibérie, Amérique du Sud, Pacifique, etc….     
  • la religion de nos ancêtres Celtes et Germains…

La tentation est de faire du « copier-coller » avec les peuples pratiquant aujourd’hui encore cette religion ou de vouloir faire du « copier-coller » avec les rituels de nos ancêtres… 

Les deux démarches ne sont pas vraiment satisfaisantes.

Mon expérience :

Il y a une vingtaine d’années, j’ai suivi mon premier week-end d’initiation. Inspirés par le chamanisme amérindien, l’enseignement et les rituels m’ont accompagné dans une nouvelle voie de sagesse.

Tout en me formant à la radiesthésie, à la géobiologie, à la sophrologie, j’ai continué sur la voie du chamanisme : formations à la "Foundation For Shammanic Studies" en Suisse (initiation, extraction, recouvrement d’âmes, mourir et la mort, les esprits de la nature) qui m’ont ouvert d’autres perspectives, puis j’ai participé à des  « huttes de sudation » et des « quêtes de vision » seule dans la forêt.

Mais un jour j’ai eu le vague sentiment de ne pouvoir aller plus loin avec ce qui m’était proposé. Car qui dit "chamanisme" dit « racines » et soudain la voie du chamanisme Amérindien me sembla loin, très loin de mes racines. J’étais dans un univers qui n’était pas le mien.

En lisant les livres de C.G. Jung je trouvais la confirmation de ce que je ressentais. Psychiatre suisse et surtout infatiguable chercheur concernant les diverses religions, il était arrivé à la conclusion que les symboles d’autres cultures sont moins opérants que ceux de sa propre culture. Nous pouvons apprendre énormément des peuples premiers mais leurs traditions sont leurs traditions et nos ancêtres ne sont ni Lakota ni Cheyennes… à nous, donc, de retrouver nos propres racines et notre propre chamanisme.

Je suis donc partie en quête du chamanisme de mes ancêtres :

  • le premier héritage que j’ai retrouvé sont les Runes. Venues tout droit des Germains et des Peuples du Nord, les Runes sont un alphabet sacré et magique de nos ancêtres. J’ai utilisé les runes pour  la première fois, il y a une vingtaine d’années, mais l’abord était difficile. Ce n’est qu’en ayant compris qu’il fallait connaitre notre mythologie (germanique), que tout m’a semblé simple et évident. Ces petits signes se révèlent d’une efficacité redoutable et ils sont devenus de fidèles compagnons sur mon chemin.
  • Puis, en recherchant des informations sur les contes thérapeutiques lors de ma formation en sophrologie, j’ai réalisé que les contes de Grimm faisaient parties de ces « restes » du chamanisme de mes ancêtres que je peux encore redécouvrir aujourd’hui. Les frères Grimm, en parlant des histoires qu’ils avaient recueillies dans les campagnes et retranscrites, parlaient de "restes de cristal brisé dont on peut encore ramasser les fragments dispersés dans l’herbe ». Les symboles que l’on trouve dans les contes sont des symboles qui parlent à notre inconscient, un langage qu’il reconnait très vite et qui lui permet de trouver des clés pour avancer.
  • Toujours faisant partie du « chamanisme de nos ancêtres », ce sont les plantes médicinales. Cette science qui s’est transmise de générations en générations par les guérisseurs et les grand-mères, nous est parvenu pratiquement intacte. Il  existe toute une pharmacopée de ces plantes de « chez nous » qui poussent sur notre terre et qui sont en parfaite harmonie avec nos énergies et avec nos besoins.
  • Sans oublier la radiesthésie et la géobiologie sacrée qui ne sont rien d’autre qu’un héritage transmis malgré l’église chrétienne officielle qui avait pris le pouvoir et combattu l’ancienne religion. Eglise chrétienne qui a repris à son compte les sources, les fontaines et les bois sacrée, les lieux énergétiques et de cultes, ainsi que les fêtes de nos ancêtres. Elle a transformé les fées en sorcières, les nains en démons, et relégé la femme au rang de coupable.

Le chamanisme que je pratique n’est ni amérindien, ni druidique, ni sibérien…. le chamanisme n’est surtout pas dogmatique, mais une tradition vivante. Hélas notre héritage catholique a fait de nous un « peuple du livre » et donc tout s’écrit, des livres sur le chamanisme fleurissent, des dogmes se construisent, les pratiques se figent ….

Le chamanisme c’est être à l’écoute de la Nature, et donc tout se crée et se recrée à chaque instant. Le chamanisme c’est revenir aux archétypes, et les archétypes sont vivants, évoluent, se transforment, changent, bougent, sont différents dans chaque culture, dans chaque tradition, pour chaque clan !…le chamanisme réveille en nous notre « nature sauvage » celle qui « sait » et qui n’a besoin de rien d’autre qu’une connexion profonde avec le Tout… 

Que fait-on dans mes « ateliers» ? 

Nous redevenons des « artistes » qui créons ou re-créons notre vie telle que nous la ressentons ou nous l’imaginons (C.G. Jung disait que l’imagination est la mère de tous les possibles). Tout comme les anciens « Maitres d’Oeuvre », batisseurs de cathédrales, notre vie est notre « Chef d’Oeuvre ». Notre atelier est la Nature et elle nous fournit tous les outils dont nous avons besoin pour " imaginer sa réalisation ".

Libérés des dogmes, des « il faut » et « je dois »… nous créons nos rituels, construisons notre roue médecine, prenons conscience des énergies qui nous entourent, écoutons les Esprits de la Nature, retrouvons la magie des contes et des légendes de nos contrées et de leur impact sur nous, retrouvons les Racines qui nous relient à la Terre de nos Ancêtres …

Ma grand mère me disait souvent: « geht man weit, geht man weit irre » … Pourquoi chercher à l’autre bout du monde ce que nous avons chez nous, juste là, sous nos pieds !…. mais évidement il faut se baisser !

2017  Des Racines et des Arts