background
logotype

Ma quête perso

 

Voici où j'en suis arrivé actuellement :

La situation idéale (zone neutre) consiste à vivre dans une ambiance où il y a équilibre entre rayonnements tellurique, cosmique proche (lune, soleil) et cosmique lointain (étoiles,...). L'INFLUENCE (positive ou négative) sur l'organisme humain d'une rupture de cet équilibre est indéniable (voir « Le Rayonnement de la Terre » de R. Endrös). Par contre les tentatives d'explications de la DETECTION radiesthésique, même si elles sont méritoires, sont souvent bancales et contestables (et contestées) par tout scientifique rigoureux. Les expériences probantes doivent être menées avec un véritable protocole « scientifique » (reproductibles, menées en double aveugle, répétées un nombre de fois statistiquement significatif). Ainsi les expériences du Pr Rocard, pourtant souvent citées comme références établies, ont été répétées « scientifiquement » à diverses reprises dans certaines universités, et ont donné des résultats statistiquement négatifs, c'est à dire de l'ordre du hasard.

Je pense aujourd'hui que l'erreur du Pr Rocard est d'avoir eu justement une approche trop scientifique, et d'avoir isolé et étudié un facteur d'influence (la sensibilité à une faible variation du champ magnétique terrestre), alors que nous baignons dans la résultante d'une multitude d'influences qui ne sont pas forcément dissociables (et les propriétés de cette résultante vont peut-être bien au-delà de la simple addition des propriétés de ses composantes : « le Tout ne se réduit pas à la somme de ses parties »).

De même, toute perception est un phénomène global et complexe, qui d'une part ne se limite pas aux 5 sens, et qui d'autre part résulte d'une interaction des divers sens (aucun sens n'est isolé). Ainsi par exemple je suis convaincu que l'odorat, le ressenti dermique ou au plus profond de nos cellules, et, pourquoi pas, l'inconscient, peuvent intervenir dans la « vue » d'une couleur. Difficile d'expliquer précisément comment ça marche ! Sans parler de l'incidence de notre état physique et émotionnel du moment !

Enfin, l'explication purement électrique ou magnétique ne suffit pas pour expliquer la détection rad « à vue » (i.e.quand on n'est pas à l'applomb du site, mais à côté), ainsi que la recherche sur plan, qui sont pourtant des réalités constatées.

J'ai perdu aujourd'hui un peu de ma vergogne analytique : la radiesthésie est un art qu'il faut vivre, PRATIQUER (c'est devenu mon leitmotiv), et il est devenu pour moi plus important d'en étudier les applications, que de chercher à tout prix à comprendre comment ça marche. Et les résultats les plus probants que j'ai obtenus en géobio sont ceux qui l'ont été en aveugle (seul, sans informations préalables, sans a-priori sur ce que je dois trouver, et où je dois le trouver). Le mental, mon beau mental, que je nourris et lustre amoureusement et fièrement depuis toujours, est devenu ma principale source d'erreur dans le domaine radiesthésique. Pas facile à accepter !

Il me permet néanmoins de rester conscient du fait que nous oeuvrons dans le domaine du subjectif, et du relatif ! Si la rad constitue un merveilleux outil (notamment pour l' « écoute » de soi-même, et de son environnement), elle n'en est pas pour autant une science exacte..."

2017  Des Racines et des Arts